Articles de presse

Exposition à St-Girons (09)

“La Gazette Ariégeoise”

Elle a le don de reproduire avec une approche quasi-naturelle les objets ou êtres couchés sur ses toiles. Avec une propension à représenter les visages et les regards comme s’ils étaient photographiés… alors que Nathalie Andrieu les fait surgir de son esprit, ses doigts apposant le pastel avec délicatesse et précision. Et si l’artiste saint-gironnaise maîtrise avec autant de talent une technique difficile, parvenant à rendre à la fois un regard profond et lumineux, c’est parce qu’elle a justement une passion pour l’œil. « L’œil ou les yeux, un regard en général, c’est ce qui traduit en premier lieu la personnalité de quelqu’un. Le visage complète cette impression à laquelle je suis très attachée… je sais à coup sûr si mon interlocuteur est une belle personne – au sens moral – ou pas. Si le regard accroche le mien, s’il est droit, alors nous sommes en phase et je peux dessiner un portrait qui sera de bonne facture ». Le visage, le regard : ceux de Nathalie Andrieu devrait l’inviter à l’autoportrait, mais la créatrice estimant que « tout est subjectif », se plaît plutôt à reproduire ou imaginer ceux de ses contemporains. Dans une alchimie faite de rigueur et de sensualité savamment liées. Car Nathalie a… l’œil. L’œil juste. Sensible à l’univers graphique de par sa profession – elle est graphologue, spécialiste du geste – l’activité picturale attire toute son attention en 2001. « La couleur, la forme, la matière sont des sources d’émotions intenses chez moi. J’ai ainsi découvert les différentes techniques picturales de l’aquarelle, de la gouache, de l’huile et de l’acrylique dans les cours collectifs de Jacqueline Bareille-Denat, peintre et professeure saint-gironnaise connue et reconnue ».

Séduite d’emblée par la peinture à l’huile – sa texture, ses couleurs chatoyantes – Nathalie Andrieu puise ses premières inspirations picturales au contact des montagnes ariégeoises. Puis c’est le maître impressionniste Pierre Woiry (disparu en 2018) qui la familiarise aux techniques de la peinture à l’huile. « Quant aux aléas de la vie, ils m’amènent sur le chemin de l’acrylique », confie-t-elle dans un joli sourire. Emerveillée par le travail de certains artistes, curieuse d’apprendre, Nathalie va enchaîner les formations. Dans des ateliers de renom, auprès de peintres de référence. Elle s’initie ainsi à la technique des glacis à l’acrylique auprès de Bruno Logan, éminent spécialiste du trompe-l’œil… mais attirée par la matière sensuelle du pastel, elle y fait ses premiers pas en 2018. Avec Aude Saloni

Grande portraitiste et spécialiste du pastel

Puis elle découvre l’art du portrait grâce à Ruben Bellosco, avant d’en maîtriser la technique de mise en valeur chez Jerzy Moscicki. Un apprentissage – « un plaisir avant tout » – que l’artiste, revenue à Saint-Girons après de longues années passées à Narbonne, a mis à profit pour devenir une peintre accomplie, Ruben Bellosco voyant en elle une grande portraitiste, étonnement mature après seulement deux années d’apprentissage. Mais aussi une véritable spécialiste du pastel, ayant là encore « bluffé » Aude Saloni.

« L’art pictural est l’illusion d’un espace de liberté, assure Nathalie Andrieu. La peinture est une aventure solitaire, une méditation, un chemin intérieur, une forme d’évasion d’un monde agité. Et rien n’est considéré comme abouti, chaque toile est une étape sur le chemin de l’apprentissage. Et comme l’énonçait Socrate, tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien ». Dans l’attente de pouvoir exposer dans un lieu public de belles proportions – faisant encore aujourd’hui cruellement défaut à Saint-Girons – l’artiste a accroché ses pastels aux cimaises… du salon de coiffure de François Descousse, rue Jules-Desbiaux. Portraits, regards bien sûr, mais aussi rubans semblant se dérouler ou s’emmêler plus vrais que nature ne sont qu’un aperçu du talent de Nathalie que François Descousse invite à admirer gracieusement, l’entrée étant libre.
Pastels de Nathalie Andrieu, au salon de coiffure Descousse – 18 rue Jules-Desbiaux, à Saint-Girons. Accès libre aux heures d’ouverture, les mardi, jeudi, vendredi et samedi, jusqu’à la fin août. Pour tout découvrir des peintures de l’artiste, rendez-vous sur nathalie-andrieu.com ;

contact nathalie.andrieu.11@orange.fr et 06 84 16 36 95.

C.L.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *