Articles de presse

Exposition à St-Girons (09)

La dépêche du Midi

“C’est une reprise des expos au salon, stoppées depuis un certain temps avec cette crise. Mais les gens me le demandaient, alors… C’est chouette, toujours de belles rencontres.” Renommé coiffeur pour dames et hommes, rue Desbiaux, François Descousse laisse régulièrement place sur les murs de son salon à l’expression artistique.

Lumineuse rencontre aux teintes pastel cette fois avec Nathalie Andrieu. Les aléas de la vie, une histoire de vibrations aussi, ont amené cette autodidacte vers la peinture voici 10 ans. Puis de curiosité en découvertes, un parcours vers la perfection, la passion se nourrissant de chaque étape. D’ateliers en stages auprès de ‘maîtres’, “des génies”, passage au travers de différentes techniques, de l’acrylique à l’huile ou l’aquarelle. Cheminement initiatique jusqu’à la révélation, “sa révélation” : le pastel.

Même si aujourd’hui encore Nathalie Andrieu se considère “artiste amateur.” Perfectionniste, voire jusqu’au boutiste, en tous les cas exigeante, surtout envers elle-même, elle creuse cet art. Une boulimie dévorante de savoir et savoir-faire coûte que coûte qui la conduit à avoir recours aux meilleurs matériaux, crayons et papiers, auprès “d’artisans pasteliers, de maisons reconnues”.

Un apprentissage approfondi des techniques jusqu’aux maîtres du XVII et XVIII°. “Intuitive”, la force de l’autodidacte, elle maîtrise les règles pour mieux s’en affranchir, lorsque “comme en méditation, dans sa bulle” elle laisse libre-court à ses fulgurances “d’électron libre à partir d’une idée directrice.” Art de précision, “pas de droit à l’erreur.” Précision de la main “la pression exercée par le doigt est fondamentale”, précision de l’œil “un talent d’observation”, une minutie dans le travail préparatoire de recherche qu’égale celui de l’exécution, limites à surpasser. Un travail, “un plaisir”, dont “elle ne vit pas”, elle qui, pourtant expose régulièrement dans le grand Sud-Ouest. Un travail qui lui a valu la reconnaissance de l’association officielle pourtant difficile d’accès, “les pastellistes de France”. Oui, une expo qui décoiffe à plus d’un titre. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *